Ticket patCin

🎟️Patrimoines cinéphiles

Médiation, valorisation et sauvegarde des patrimoines culturels matériels et immatériels du cinéma

Patrimoines cinéphiles est une proposition de Gilles Chétanian qui a pour ambition d’aborder le patrimoine cinématographique dans toute sa diversité. Que l’action patrimoniale vienne de l’action publique, d’institutions ou d’initiatives privées plus modestes, toutes ont leur rôle à jouer dans la transmission d’une culture plus que séculaire. Celles et ceux que nous appelons ici cinéphiles, sont en fait toutes les personnes qui fréquentent la planète cinéma. Que ces personnes soient des passionnées, qu’elles travaillent dans ce domaine, où qu’elles n’y aillent qu’occasionnellement toutes participent à la vitalité de ce spectacle qui ne cesse de muter à travers le temps.

Retour au sommaire

📜Sommaire

=> Présentation

=> Cinéma et patrimoine cuturel immatériel (PCI)

=> Réalisations :

=> a Expositions : o Réa)cti(ver, o Le Brady : 60 ans de projections

=> b Animations : o Autour des soixante ans du Brady, o Les visites guidées, o La ciné-balade, o Co-animation du groupe de travail "Valorisation de la salle de cinéma et de ses publics" Cinémas Indépendants Parisiens (CIP)

=> c Projets en cours : o L'inscription à l'inventaire National du Patrimoine Culturel Immatériel des connaissances, pratiques et savoir-faire du cinéma argentique, o La reconstitution intégrale en ligne de la programmation du Brady, o Les boulevards du cinéma

=> Documents

=> À propos de ce site

=> À propos de moi

🎥Cinéma et patrimoine cuturel immatériel (PCI)

Mon axe de travail constitue à valoriser le cinéma comme fait culturel de notre société contemporaine. je m'appuie pour celà sur la notion de Patrimoine Culturel Immatériel (ou PCI). Il s'agit d'un terme issue du droit international qui est associé à La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée à l'Unesco en 2003 et ratifiée par la France en 2006. Cette convention, contraignante pour les États-membre l'ayant signés, cherche à protéger un ensemble de connaissances, pratiques et savoir-faire issues des usages populaires et ou traditionnels jugées indispensables pour maintenir la diversité culturelle et apporter un sentiment appartenance et de continuité à celles et ceux qui les pratiques. Appliqués aux pratiques du cinéma en France j'ai identifié trois grands pôles qui pourraient être valorisées (la projection ou la séance cinématographique, les connaissances, savoir-faire et pratiques du cinéma argentique, et la cinéphilie).

Pour en savoir plus sur le PCI voir : à l' Unesco , au Ministère de la culture , au Sénat le rapport 601 de mai 2021

Retour au sommaire

🧱Réalisations

Expositions

2021 : Ré]acti[ver, (Ciné 104, Pantin)

Ré]acti[ver : façade
Vue générale de la façade avec décompte des jours de fermeture du Ciné 104 au centre, "Little democracy" (Catwoman) à droite et les affiches détournées d'Axel Thomas à gauche.

Au début du printemps 2021, alors que les cinémas sont toujours confinés, je propose au Ciné 104 à Pantin de profiter de son hall d'entrée vide pour y accueillir une exposition d'art-contemporain. Les parois en verre du bâtiment étant visibles de l'extérieur sa visite est sans danger pour le public. L'exposition s'intitule Ré]acti[ver. Elle est organisée autour de Little Democracy, une installation du plasticien Pierre Joseph composée de sept affiches offset encadrées représentant certains Personnages à réactiver, une des œuvres maîtresse de l'artiste, photographiées par Philippe Munda. L'exposition se visite en contournant les deux façades vitrées du cinéma. Sont également présentes Les affiches détournées du graphiste Axel Thomas situées sur les panneaux d'affichages devant la façade du bâtiment. Réalisée avec le concours de la galerie Air de Paris, récemment installée à Romainville, cette exposition permet au ciné 104 et à la galerie de maintenir une présence dans l'espace public alors que les interactions physiques sont fortement réduite pendant cette période. C'est aussi l'occasion pour moi de chercher à expérimenter d'autres usages possibles de la salle de cinéma.

Ré]acti[ver : exposition
Vue partielle de l'exposition sont visibles "Little democracy" (Le cowboy, le moine, le guerrier, le policier et le noyé) et les affiches des films "eXistenZ", David Croneneberg, 1999 et "Le nom de la rose", Jean-Jacques Annaud, 1986.

Retour au sommaire

2016 : Le Brady : 60 ans de projections. (Paris)

Affiche de l'exposition
L'affiche de l'expostion dessinée par Ruppert & Mulot et mise en couleur par Hervé Dourneau

En 2014, à la faveur d’un concours de circonstances, je propose au directeur de la salle de cinéma de travailler à célébrer les soixante ans du Brady qui auront lieu deux ans plus tard. La proposition acceptée, c’est l’occasion pour moi de mettre en pratique certaines intuitions que je me suis construites au fil de mes études et de mon expérience professionnelle. Figure en particulier celle de considérer la salle de cinéma sur le modèle de l'écomusée et de faire en sorte de pouvoir la valoriser à partir de ses propres ressources. La manifestation relative aux soixante ans du Brady comprend ainsi une exposition, point d’orgue de cet anniversaire, mais également une série d’évènements. Certains sont situés au Brady, d'autres à la médiathèque Françoise Sagan ainsi qu'à la cinémathèque de Toulouse. Cette institution, où sont déposées depuis 2011 les archives de la salle, est partenaire de l’événement. D'autres partenariats existe notamment avec le service patrimoine du CNC qui a prêté des copies.

Retour au sommaire

Mur chronologique
Vue du mur chronologique

Scénario et scénographie de l’exposition

Plan de l'exposition
Plan de l'exposition

L’exposition s’est construite à partir de l’étude de la programmation de la salle qui a permis de délimiter quatre zones temporelles comprenant : l’époque du cinéma de quartier (1954-1965), celle consacrée au cinéma d’horreur et fantastique (1965-1994), les années Mocky (1994-2010) et l’époque contemporaine (2010-au présent de l’exposition). L’architecture de la salle, un rectangle de 4 sur 20 mètres dont une des longueurs était entièrement composée de baies vitrées, ses contraintes et l’équipement mis à notre disposition m’ont amené à imaginer différents espaces séparés en quatre parties égales et organisés par modules :

Vue de l'exposition
Vue de l'exposition

Retour au sommaire

Animations

Autour des soixante ans du Brady

Ceux-ci ont pour fonction de maintenir une attention médiatique sur toute la durée de la manifestation. Ils permettent de tisser, d’entretenir ou de renforcer des liens sociaux de la salle autant auprès de ses voisins et de ses usagers qu’avec le milieu professionnel. C’est une très bonne occasion pour tisser des partenariats en partageant la visibilité qu’offre la manifestation avec d’autres acteurs. Si l’évènement est bien organisé cela permet une réciprocité où tout le monde profite de l’exposition médiatique qui est offerte. Les évènements proposés sont de plusieurs types :

  1. Les projections : Basées sur la programmation historique de la salle, elles ont été l’occasion de revisiter son histoire et de mieux percevoir l’identité de la salle. Le cycle de projection a débuté à la cinémathèque de Toulouse qui a consacré un week-end à la programmation de la salle. Il s'est poursuivit à la cinémathèque Françoise Sagan qui a présenté un film d'horreur issues de ses collections. Pendant toute cette période le Brady a ponctué sa programmation d’événements particuliers : reconstitutions de séances, organisations de séances "intergénérationnelles" où des membres du conseil des seniors piloté par la mairie du 10ème arrondissement de Paris présentaient au jeune public une séance telle qu'elle avait lieu du temps de leur jeunesse.
  2. Les animations : De plusieurs types elles ont permis d'attirer différents profils de public. Ont ainsi eu lieu :
    • Une visite guidée de la médiathèque Françoise Sagan au Brady par l'historienne Dominique Delord et moi-même. Une occasion de montrer la richesse culturelle de ce quartier situé à l'ombre des Grands-boulevards parisiens.
    • Une table-ronde animée par Christophe Bier autour des 60 ans du Brady avec Jean-Pierre Mocky, Jacques Thorens, Fabien Houi et Laurent Savoyen
    • Une lecture par Jacques Thorens d'extraits de son livre Le Brady : cinéma des damnés
    • des visites guidées tous les 15 jours de l'exposition par son commissaire😉.
    • Une séance de signature par Laurent Audouin de son livre pour enfant Cinémonstres. La créature du lagon maudit à la médiathèque Françoise Sagan suivit d'une projection en 3D de Frankenweenie de Tim Burton au Brady.

Retour au sommaire

Visites Guidées

La valorisation de la culture du cinéma passe aussi par une présence sur le terrain afin de saisir L'esprit des lieux cher à la muséologue Annette Viel. j'ai ainsi proposé différentes formules pour aller évaluer sur site des traces de l'influence que les salles de cinémas laissent sur l'espace public.

Visite Sagan-Brady
Le cinéaste Jean-Noël Delamarre explique le fonctionnement d'un banc-titre à proximité de l'ancien atelier d'Émile Cohl pionnier du cinéma d'animation lors de la visite guidée du 2 Juillet 2016 avec l'historienne Dominique Delord sur le parcours qui mène de la médiathèque Françoise Sagan au cinéma Le Brady.

Retour au sommaire

La ciné-balade

La ciné-balade préfigure d'une certaine manière les idées qui seront formulées un peu après dans le projet Boulevards du cinéma.Élaborée en 2018 à la demande des CIP, dans le cadre de son programme CinéLab destiné aux enseignants, la ciné-balalde est une visite guidée améliorée dans laquelle certaines étapes ont lieues dans quelques salles de l'association. Les participants ont par exemple pu voir projetées quelques images du comique Max Linder dans la salle qui a pris son nom et voir un bref jingle valorisant la puissance du mur d'enceintes cachés derrière l'écran sur le modéle de la technologie THX. À l'Archipel ils ont pu échanger avec son programmateur Damien Truchot sur les vertus des séances avec débats.

Débutée passage des panoramas pour évoquer ce spectacle du 19e siècle, la visite se termine au Brady où une vitrine et le hall d'accueil ont été modifiées avec des affiches et des photos d'exploitations évoquant la programmation historique de la salle. Paraléllement des films marquants de l'histoire du cinéma sont associés à des sites croisés pendant la promenade pour survoler l'histoire du cinéma, des frères Lumière à François Truffaut, de Georges Mélies à Georges Lucas ou d'Émile Raynaud à Jacques Ocelot.

Cinébalade : Passage des panoramas
Départ de la cinébalade passage des panoramas pour évoquer l'histoire des grands boulevards et la tradition de lieu de spectacles qui y est associée.
Cinébalade : Max Linder
Évocation des différents supports de projection au Max Linder.
Cinébalade : Gaumont-Théâtre
Rappel de l'existence de salles de cinéma et recherche des traces que celles-ci ont laissée dans l'architecture. Ici le Gaumont Théâtre.
Cinébalade : Archipel
Damien Truchot, alors programmateur à l'Archipel évoque lors de la visite dans un micro débat avec une classe de CM2 le film les 400 coups de François Truffaut et ce qu'a représenté la cinéphilie pour la génération d'enfants de l'après-guerre.

Photos Lena Nilly pour les CIP.

Retour au sommaire

Co-animation du groupe de travail "Valorisation de la salle de cinéma et de ses publics" Cinémas Indépendants Parisiens (CIP)

De 2018 à 2020 j'ai co-animé avec Virginia Bon pour le compte des Cinémas Indépendants Parisiens (CIP) le groupe de travail "Valorisation de la salle de cinéma et de ses publics". Parmi ses réalisations, le groupe a été l'origine de la page facebook Tendance Argentique qui recense aujourd'hui les séance projetées à Paris sur support 16, 35 ou 70mm. Il a aussi été à l'initiative de la production du court métrage Les rendez-vous lumineux d'Antonin Peretjatko par les CIP. Réalisé pendant le confinement, le film a été diffusé par les salles adhérentes de l'association dés la réouverture des cinémas en juin 2020.

Retour au sommaire

💡Projets en cours

🎞️L'inscription à l'inventaire National du Patrimoine Culturel Immatériel des connaissances, pratiques et savoir-faire du cinéma argentique🎞️

Au printemps 2020, j'ai été consulté par le département de la Recherche, de la Valorisation et du PCI dépendant de la DIRI au Ministère de la culture pour un projet d'inscription à l'inventaire national du patrimoine culturel immatériel d'un ou plusieurs éléments liés aux "métiers du cinéma". Ce projet, initialement porté par la monteuse de cinéma Nathalie Hubert, est toujours à l'étude mais s'est orienté dans un premier temps vers la sauvegarde des connaissances, pratiques et savoir-faire du cinéma argentique. Il s'agit d'une entreprise de longue haleine nécessitant un grand travail de facilitation et de médiations entre les différents acteurs susceptibles de porter le projet.

Retour au sommaire

La reconstitution intégrale en ligne de la programmation du Brady

Le projet de la création d’une base de données concernant la reconstitution en ligne de l’intégrale de la programmation du Brady est né en 2016 lors de la préparation de l'exposition consacrée au soixantième anniversaire de la salle avec l'envie de partager des informations rares concernant la composition des séances découvertes dans les archives du CNC où figure, en plus des titres des longs métrages projetés, des informations comme la composition de l’avant-programme. On apprend ainsi le type d'actualité et les titres des courts-métrages qui l'ont constitué à une certaine période ou encore le nombre des spectateurs présents lors des séances et parfois même la recette de la salle. Un prototype développé avec Xquery est en cours d'élaboration. Il se concentre sur une période allant du troisième trimestre 1970 à la fin de l’année 1993. La fusion avec les autres périodes se fera dans un second temps après avoir fait un travail d'harmonisation des données. L'objectif de cette base est bien-sûr de renseigner les chercheurs et quiconque s'intéresse à la salle mais aussi de construire un outil permettant d'élaborer de nouvelles expériences de projections.

Pour en savoir plus sur l'origine du projet, ses objectifs et les défis à relever, on peut se reporter à cet article écrit à Montréal en 2019 : Notes pour l'accès en ligne de la programmation d'un cinéma parisien .

Retour au sommaire

Boulevards du cinéma :

Boulevards du cinema vignette

Télécharger le pdf

Un exercice universitaire de programmation idéale a été l'occasion de formaliser un projet de longue date : retracer l’histoire du spectacle cinématographique à partir de son développement sur les Grands Boulevards parisiens. Les séances imaginées seraient reconstituées, dans la mesure du possible, d’après les programmes de l’époque et se dérouleraient sur leurs lieux d’origine. La projection serait faite au moyen de projecteurs contemporains du programme annoncé afin de se rapprocher le plus possible de l’expérience originale. Si par son ampleur ce projet paraît utopique aujourd'hui, il permet néanmoins de se représenter le potentiel que porte mon travail de recherche et d'expérimentation autour de la valorisation des expériences cinématographiques du passé pour valoriser les pratiques cinématographiques d’aujourd’hui et inventer celles de demain.

Retour au sommaire

📄Documents

Retour au sommaire

Autour de mon travail

Autour des 60 ans du Brady

Textes

Vidéos

Fanzine

Couverture de Phantasm N°1
Phantasm #1, Christophe Lemaire, Juin 1981

Télécharger le fanzine

Merci à Christophe Lemaire pour avoir donné son autorisation de reproduction et de diffusion du document.

Retour au sommaire

🧓🏼À propos de moi

Issu d’une formation initiale en art contemporain dans la première moité des années 1990, j'ai, entre autre, travaillé comme projectionniste et médiateur culturel pendant plus de dix ans au cinéma Le Brady à Paris. Après avoir repris en 2018 des études sur le patrimoine cinématographique et avoir passé un an au département de muséologie de l’Université du Québec à Montréal, je défends aujourd’hui une approche anthropologique du patrimoine cinématographique basée sur la valorisation des savoirs, savoir-faire et pratiques du cinéma et travaille à valoriser la salle de cinéma en tant que lieu de référence nécessaire au développement et à la réinvention du cinéma. Pour en savoir plus sur mes travaux vous pouvez télécharger le poster scientifique réalisé pour le 1er festival de muséologie de Mêtis en 2020 ou le consulter ici .

Retour au sommaire

💻 À propos de ce site

L'envie de faire un site internet pour présenter mon travail est né à Montréal en 2019-2020 en suivant les cours de muséologie numérique d'Emmanuel Château-Dutier. Le développement du prototype de la base du Brady a été initié par Emmanuel Château-Dutier, puis repris par Éric Gazarian toujours avec Xquery. Le développement du site a été effectué respectivement par Fernando Sanchez puis par Éric Gazarian qui lui a donné sa forme actuelle et a permis sa rédaction en Markdown. Par ailleurs la forme du site a été très largement inspiré par les travaux d'Omer Pesquer , son infolettre Muzeodrome et son plaidoyer pour ouvrir d'autres numériques. Le texte de Jeff Huang Pour une page web qui dure 10 ans ? a également été très inspirant. Que tous soient ici remerciés pour leurs contributions directes ou indirectes.

Retour au sommaire